Bookmark and Share

Conseiller les salariés et l'employeur sur la prévention des risques professionnels et les conditions de travail

<< Sujet précédent---Retour au sommaire---Sujet suivant >>

Connaître les dangers d’une exposition à un risque professionnel sur la santé, dans des domaines très variés (rayonnements, risque chimique, bruit, organisation du travail,…), savoir évaluer l’exposition d’un salarié ou d’un groupe de salariés (questionnaires standardisés, dosages atmosphériques, dosages dans le sang ou les urines…), faire le lien avec les effets possibles sur la santé, et savoir proposer des mesures de prévention et de gestion des risques ou de surveillance médicale, tel est le cœur de notre métier d’aujourd’hui.

 

Cas clinique n°1

Mr X, 35 ans, est « chercheur de talents » dans une entreprise de communication Chercheur de talent

artistique. Il assiste régulièrement à des concerts de musique, dans des conditions acoustiques variées. La question posée est celle de la répercussion possible de cette exposition au bruit sur la santé de ce salarié.

 

Une évaluation des risques est réalisée, notamment par mesures du bruit (dosimétrie de bruit). Une information sur les risques connus et suspectés (surdité de perception, …) et les facteurs de risques individuels est délivrée. Des protections auditives spécifiques (permettant de filtrer les aigus sans modifier la perception) sont prescrits et une surveillance médicale est mise en place (notamment surveillance audiométrique réalisée par le service de santé au travail).

 

Cas clinique n°2

technicienne de laboratoire Mme Y, 42 ans, est technicienne dans un laboratoire de cytologie-anatomopathologie, employant 12 personnes. Son poste comporte l’utilisation quotidienne importante de formaldéhyde employé pour les fixations des prélèvements et elle se plaint de gêne respiratoire. Ce produit est un produit reconnu par le Centre International de Recherche sur le Cancer (OMS) comme cancérogène certain pour l’homme, allergène et irritant pour les voies respiratoires. L’évaluation des risques conduit à réaliser des dosages atmosphériques et à rechercher chez tous les salariés exposés des manifestations respiratoires (questionnaire de symptômes, EFR). Le remplacement du formol étant impossible à ce jour, la proposition d’actions faite à l’employeur est une aide au choix d’une hotte aspirante adaptée, avec répétition des dosages atmosphériques pour en évaluer l’efficacité, et mise en place d’une surveillance médicale spécifique chez tous les salariés concernés.

medecins du travail

© CEHUMT 2011-2017 . Mentions légales . Une réalisation Binomia

Promotion du métier de Médecin spécialiste en santé au travail